Jacques Flament Editions

L’ÉDITION DIFFÉREMMENT …

La maison Jacques Flament Éditions a été créée en 2010.

Depuis le début, nous nous sommes positionnés en tant qu’artisans du livre, en marge de la filière classique traditionnelle, loin géographiquement du sérail parisien.
Une première phase de développement, pleinement assumée dans la différence qui proposa une production de nature généraliste et trois axes de recherche :
– mettre en lumière des voix nouvelles originales ;
– rééditer des ouvrages injustement oubliés ;
– proposer une évasion alternative au sens large du terme.

Durant ces sept premières années, le monde éditorial a beaucoup évolué, et après avoir été très productifs à nos débuts (+ de 350 titres et 160 auteurs publiés), nous avons décidé de lever le pied sur le nombre des publications en nous concentrant sur les auteurs « historiques » de la maison et sur certains auteurs ou artistes que nous contacterons personnellement pour leur proposer une collaboration.

Nous continuons donc à commercialiser tous les ouvrages parus jusqu’à présent, respectant ainsi le travail des auteurs sans le détruire pour des raisons économiques (mise au pilon) après un court délai de commercialisation (comme cela se fait de plus en plus souvent dans la filière classique du livre), mais nous privilégierons désormais une production ciblée au détriment d’une diversification difficile à assumer pour une maison de notre taille manquant de visibilité.

Pourquoi ce tournant ?
L’offre éditoriale est devenue pléthorique suite à l’accès de plus en plus facile à la publication papier (autoédition en impression numérique), et il est difficile, avec de faibles moyens, de sortir son épingle du jeu d’un véritable magma littéraire, parfois de bien piètre qualité, où les chances s’aplanissent via la toile. En outre, la promotion des ouvrages généralistes et dits grand public via les médias écrits et audiovisuels est, par expérience, clairement réservée aux mastodontes de l’édition.

Cela dit, nous sommes convaincus qu’il existe toujours une place pour une production éditoriale artisanale indépendante de notre type qui cible son lectorat et met en œuvre les ressources modernes nécessaires (réseaux sociaux, ciblage pertinent) pour la rendre visible. Tout cela, bien sûr, en respectant une charte de qualité à la fois sur le fond et sur la forme.

Enfin, nous continuons à revendiquer notre système atypique d’autodiffusion, caractérisé par des ventes via notre site ou en direct avec les libraires (excepté pour les ouvrages de la collection Arte Prima), pour les raisons principales suivantes :
– nous nous réclamons de la mouvance du commerce actuel qui souhaite traiter directement du producteur (l’éditeur) au consommateur (le lecteur), en un mot nous sommes de fervents partisans de la « désintermédiarisation » terme barbare, certes, mais selon nous, notion essentielle pour la survie d’une petite entreprise comme la nôtre (nombre de disparitions récentes de petites structures éditoriales qui ont voulu jouer dans la cour des grandes (filière classique) en témoigne) ;
– cette façon de procéder nous permet de générer une marge suffisante (que nous n’aurions pas en passant par la filière classique) et d’ainsi pouvoir octroyer des droits auteurs aux écrivains et artistes qui nous font confiance, et ce, dès le premier exemplaire vendu.

Ces balises de notre futur chemin de traverse sont tournées vers un objectif simple : nous maintenir dans le cercle des professionnels qui aiment les livres et leurs auteurs, qui prennent du plaisir à les fabriquer sans l’obsession constante de la recherche du profit, qui ont pour ambition première de partager leur passion pour la découverte et pour des objets de papier communément appelés livres.

Vous être arrêté afin de découvrir notre catalogue et nos auteurs est pour nous un grand honneur.
Il est de coutume de dire que les petites maisons souffrent d’un déficit de visibilité. C’est vrai, mais vous pouvez, à votre niveau, nous aider à y remédier en faisant connaître notre maison dans votre entourage.

D’avance, nous vous en remercions.

Jacques Flament

Les commentaires sont fermés.