ISABELLE VERNEUIL

VERNEUIL (Isabelle)

VERNEUIL (Isabelle)

Son (ses) livre(s) publiés chez JFE :

moissonsdumondeelogedespeinesperduesvoyageuseimmobileisabelleverneuilcambodge

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques mots sur l’auteur…
Isabelle Verneuil, née en 1960, a été prof d’anglais pendant vingt ans. À quarante ans, ses trois enfants élevés, elle se met à écrire comme elle en avait le projet depuis l’enfance.
 Dix ans plus tard, elle publie son premier roman bilingue français/anglais puis un second, mettant en scène des jeunes en situation d’apprentissage d’une langue étrangère.
Ses livres, publiés chez JFE, mettent en avant les thèmes favoris de l’auteure que sont la transmission, les échanges et les relations humaines.

Autoportrait…
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
J’aime prendre des photos et j’ai fait quelques autoportraits en images mais pour ce qui est de mon travail d’écriture, c’est plus compliqué… En fait, même dans mes autoportraits photographiques, je me cache autant que je me montre et c’est cette présence en filigrane que j’aime bien. C’est un peu la position privilégiée de l’écrivain, celle de l’observateur, celle qui permet de prendre de la distance, d’être un peu en retrait mais en quelque sorte tout de même au cœur de la vie.
Ce qui m’intéresse, c’est la rencontre et le partage, la découverte d’autres façons de vivre, de voir et de comprendre le monde. Ce qui me plaît, c’est de partager et de transmettre, de m’émerveiller et d’apprendre. Ce qui me motive, c’est de recréer par les mots l’émotion que j’ai reçue, de trouver dans ce travail une forme d’exaltation avant de l’offrir aux autres, à ceux qui veulent bien me lire. Dans mes photos, je suis parfois presque invisible mais ma présence est dans le choix de ce que je montre autant que dans le reflet furtif de mon image. Dans mes nouvelles, c’est un peu pareil. Ce que j’aime, ce que je crois, ce que j’espère et ce qui me choque ou me blesse transparaît toujours. Au travers des histoires que je raconte apparaissent l’amour que j’ai pour les enfants et pour la nature, pour la transmission et la découverte des autres. Pour moi, écrire est une autre façon de faire mon premier métier, celui de prof. C’est ainsi une façon de partager et de transmettre, deux des choses les plus importantes pour moi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPour ce qui est des éléments autobiographiques que l’on donne habituellement, je suis du midi, j’ai passé une bonne partie de mon enfance à Manosque. J’en ai gardé l’amour de la lumière gansée d’ombre fraîche et celui des mots de Giono dans toute leur vitalité, leur douceur et leur excès. C’est lui qui m’a mis sur le chemin buissonnier des écrivains. Plus largement, c’est la littérature qui a forgé mon désir de découvrir le monde.
J’ai enseigné l’anglais pendant 20 ans, c’était aussi dans le désir de partager mon goût des mots et de la littérature et dans l’espoir de donner à mes élèves l’outil qui leur offrirait voyages et rencontres, découvertes et émerveillement… en plus d’être un atout évident dans leur vie professionnelle. Je poursuis cette tâche d’une autre façon puisque j’écris parfois des romans bilingues.
J’ai trois enfants et le « métier », la « vocation » de parent est aussi un aspect que j’aborde souvent dans mes bouquins. Que je raconte des anecdotes de voyage authentiques (Moissons du monde), que je présente un certain nombre des difficultés de la vie de femme (Eloge des peines perdues) ou que j’écrive au jour le jour les péripéties de mon attente de mère quand mon fils fait le tour du monde à vélo (Voyageuse immobile), l’importance que j’attache à l’enfance et aux relations parents /enfants ou entre générations transparaît… De même, les thèmes familiers de ma vie, la paix que je trouve dans la nature comme l’inquiétude que j’ai en ce qui la concerne, les interrogations face à l’absurde du monde et l’émerveillement face à sa beauté, tout cela se retrouve dans mes mots.

Des oiseaux et des enfants
Les mots et le temps
Entre joie et effroi

 

 

 

Les commentaires sont fermés.