L'ÉDITION ALTERNATIVE EN TOUTE INDÉPENDANCE

430 ouvrages • 200 auteurs • 40 collections

Un homme, une femme, une famille, un accident. Un coma prolongé et la vie qui va s’arrêter. E. Cart-Tanneur, engagée dans un processus de résilience salvatrice, écrit, décrit, pour partager l’inimaginable, l’irréparable.

Personne, il y a plus de six mois, au début de l’automne 2019, personne ne pouvait prévoir que le ciel allait nous tomber sur la tête au début de l’année suivante. 175 contributions pour faire un état des lieux de la société en période de confinement au temps du Covid-19.

Que vaut un tableau de maître – objet symbolique destiné à ouvrir l’imaginaire de celles et ceux qui le voient – quand il est placé dans la nuit d’un coffre-fort ? Que dit la fétichisation qui permet d’en faire un bon placement ? L’auteur y lit la métaphore d’une modernité occidentale épuisée. Il propose une franche rupture avec ces croyances en s’appuyant sur une petite foule d’expériences vécues. Cet ouvrage est alimenté par son engagement artistique entre Europe et Afrique. Réflexion décoloniale assumée. Remise en cause sans détour de ce qu’est devenu en France l’appareil culturel d’État. Désacraliser les paradigmes occidentaux de l’art, passage obligé si l’on veut ouvrir la voie vers une vraie conversation des cultures ?

Peu nombreux sont les livres consacrés au cinéma de Bruno Dumont et nous espérons que celui-ci pourra contribuer pour sa part à mieux faire connaître son œuvre protéiforme et souvent polysémique. D’où l’intérêt aussi d’un ouvrage collectif mené ici par une dizaine de critiques et de chercheurs afin de tenter de mettre à jour le spectre irisé de son cinéma qui comporte certes des zones d’ombre, mais aussi des complémentarités lumineuses. Il est difficile de comprendre l’œuvre de Bruno Dumont tant elle paraît à la fois limpide et ténébreuse, oscillant sans cesse de la gravité, voire de l’horreur, au burlesque et parfois au surnaturel, notamment par la lévitation et la religion.